Qu'est-ce que le Mur occidental ?

הכותל

De vieilles pierres. Un groupe de touristes d'Inde. Une mariée en blanc le jour de ses noces. Quelqu'un qui pleure en silence. Une main qui insère un papier dans l'interstice des pierres.

2000 ans d'histoire et des millions de visiteurs : "Le Kotel".

Mais le Kotel est aussi un lieu de nostalgie. Nostalgie de Jérusalem, des jours de pèlerinage, d'unité et de joie des fêtes. Et aussi un lieu de rencontre. Rencontre du peuple juif et du monde entier. Rencontre de l'homme avec son Créateur. Rencontre de l'homme avec lui-même.

Le Kotel est le symbole de la résurrection du peuple juif dans son pays les jours de fête, lors des prestations de serment et les jours de commémoration.

L'histoire du Kotel commence sur une modeste colline, le mont Moria. Sur cette montagne, au cours de l'histoire, eurent lieu des évènements fondateurs du peuple juif.


D'après la tradition, la création du monde commença au sommet du mont Moria, à partir d'une antique pierre nommée Even hashtiya, "la pierre fondatrice".

Quand Abraham reçut l'ordre de sacrifier son fils Isaac, le père et le fils montèrent vers le lieu dont il est dit : "Abraham… aperçut l'endroit dans le lointain", soit le mont Moria.

D'après la tradition, c'est "la Maison de Dieu" du rêve de Jacob. Dans son songe il vit : "une échelle dressée sur la terre, son sommet atteignait le ciel et des messagers divins montaient et descendaient le long de cette échelle".

Sur cette montagne, au cours des ans, furent construits le Premier et le Deuxième Temple, dans lesquels se trouvait le Saint des Saints, le lieu le plus sacré pour le peuple juif. Personne ne pouvait y pénétrer outre le Grand Prêtre, le jour de Yom Kippour.

Quelques années avant sa destruction, le Temple fut rénové et une immense esplanade fut construite, soutenue par quatre murs s'élevant selon les quatre points cardinaux, ce qui rendit l'édifice majestueux. L'enceinte était si somptueuse et si impressionnante qu'on dit que celui qui ne l'avait pas vue "n'avait jamais vu un bel édifice".

La destruction du Temple par les Romains fut une terrible catastrophe qui se grava dans la conscience du peuple juif. L'édifice du Temple était détruit, mais il restait des vestiges des murs de soutien. Faute de Temple, les Juifs se tournèrent vers le vestige le plus proche du Saint des Saints, le Mur occidental. Au cours des générations, le Kotel devint pour le peuple juif le symbole de la nostalgie de la Ville détruite et du lieu du Temple. Nombreux furent ceux qui se sacrifièrent pour pouvoir toucher ses pierres et y réciter leurs prières.

Quand le Kotel fut libéré à la guerre des Six Jours, un des grands rêves du peuple juif se réalisa.

Depuis, le Kotel est un lieu plein de vie. Des Juifs, des touristes le visitent et y prient. Tous le considèrent comme un lieu particulier où ils peuvent exprimer leurs sentiments les plus profonds. Le Kotel touche le cœur de tous.